Comprendre la dépression du post-partum — Diagnostic et traitement

Comment savoir si je souffre de dépression du post-partum ?

Malgré le fait que la dépression du post-partum soit connue depuis longtemps, de nombreux experts pensent qu’elle n’est pas correctement diagnostiquée. Au fur et à mesure que les connaissances sur la dépression du post-partum augmentent, davantage de professionnels de la santé recherchent des facteurs de risque chez leurs patientes dès leur première visite de soins prénataux.

Si une femme est à risque, son médecin peut évaluer son humeur tout au long de la grossesse. Après l’accouchement, la femme et ses proches doivent surveiller les symptômes de la dépression. Leur médecin devrait également rechercher de tels signes lors de la visite post-partum de 6 semaines.

Il n’y a pas de test sanguin ou de scanner corporel qui montre que vous avez ce trouble de l’humeur. Au lieu de cela, votre médecin vous posera certaines questions sur votre état d’esprit. Les tests de dépistage de la DPP les plus courants sont :

  • l’échelle de dépression postnatale d’Édimbourg (EPDS). De nombreux médecins considèrent que c’est le meilleur moyen de vérifier la présence d’une DPP. Il s’agit d’une liste de 10 courtes déclarations. Pour chacune d’elles, vous devez dire combien de fois vous vous êtes sentie ainsi au cours des sept derniers jours. Elles comprennent des choses comme “J’ai été anxieux ou inquiet sans raison valable” et “L’idée de me faire du mal m’est venue à l’esprit.”
  • Questionnaire de santé du patient à 2 questions (PHQ-2). Bien qu’il soit court, ce questionnaire est considéré comme un bon premier dépistage des femmes susceptibles de souffrir de DPP. On vous demandera à quelle fréquence, au cours des deux dernières semaines, vous avez ressenti peu d’intérêt ou de plaisir à faire des choses, ou vous vous êtes sentie abattue, déprimée ou impuissante. Vous aurez quatre choix de réponse allant de “Pas du tout” à “Presque tous les jours”.
  • Questionnaire de santé du patient à 9 questions (PHQ-9). Si le PHQ-2 montre que vous pourriez être déprimée, votre médecin vous interrogera sur d’autres symptômes, comme les changements de sommeil et d’appétit, les difficultés de concentration et la baisse d’énergie. Plus ils sont fréquents, plus il est probable que vous soyez déprimée.

Si vous présentez des symptômes de dépression post-partum, votre médecin évaluera leur gravité, en vous demandant notamment si vous avez des pensées de vous faire du mal ou de faire du mal à votre bébé. Il vous interrogera également sur d’autres symptômes liés à l’humeur afin de déterminer si vous souffrez de dépression du post-partum ou d’une autre affection, comme un trouble bipolaire ou une psychose du post-partum. Il pourra également vérifier votre taux de thyroïde pour s’assurer que la glande fonctionne comme elle le devrait. L’hypothyroïdie peut provoquer les mêmes symptômes que la dépression du post-partum.

Quels sont les traitements de la dépression du post-partum ?

La dépression du post-partum disparaît parfois d’elle-même dans les 3 mois qui suivent l’accouchement. Mais si elle interfère avec votre vie quotidienne à tout moment, ou si “le blues” dure plus de 2 semaines, vous devez consulter. Environ 90 % des femmes qui souffrent de dépression du post-partum peuvent être traitées avec succès par des médicaments ou une combinaison de médicaments et de psychothérapie. Un groupe de soutien peut également être utile.

En cas de dépression post-partum grave ou de psychose post-partum, une hospitalisation peut être nécessaire. Parfois, si les symptômes sont particulièrement graves, une thérapie électroconvulsive (ECT) peut être utilisée pour traiter les dépressions sévères avec des hallucinations (fausses perceptions) ou des délires (fausses croyances) ou des pensées suicidaires envahissantes.

Il est préférable de se faire soigner le plus tôt possible. S’il est détecté tardivement ou pas du tout, l’état peut s’aggraver. Par ailleurs, les experts ont constaté que les enfants peuvent être affectés par la DPP non traitée d’un parent. Ils peuvent être plus sujets à des troubles du sommeil, à une altération du développement cognitif, à l’insécurité et à des crises de colère fréquentes.

Pendant que vous vous remettez d’une dépression post-partum, vous constaterez probablement une amélioration de mois en mois. Sachez que vos symptômes peuvent s’exacerber avant une période menstruelle en raison des fluctuations de vos hormones.

Médicaments pour la dépression du post-partum

La première étape du traitement consiste à résoudre les problèmes immédiats tels que les changements de sommeil et d’appétit. Les antidépresseurs sont généralement très efficaces pour cela.

Vous et votre médecin devrez prendre une décision prudente quant à l’utilisation et au choix des antidépresseurs si vous allaitez. Certains antidépresseurs sont sécrétés en petites quantités dans le lait maternel. D’autres médicaments, comme le lithium, sont plus controversés en cas d’allaitement, car on craint qu’ils ne provoquent une toxicité pour le nourrisson, bien qu’il y ait un débat sur la question de savoir si le lithium présente un risque réel.

Parlez à votre médecin pour déterminer si les avantages du traitement antidépresseur l’emportent sur le risque. Si vous prenez un antidépresseur, il vous sera probablement conseillé de le prendre pendant au moins 6 mois à un an pour éviter une rechute, puis de l’arrêter progressivement ou de le poursuivre, en fonction de vos symptômes et de vos antécédents.

De plus, si vous avez déjà eu un épisode de dépression post-partum, votre médecin peut vous suggérer de prendre un médicament préventif peu après la naissance du bébé ou pendant la grossesse.

La plupart des antidépresseurs ne présentent pas de risques majeurs pour un fœtus en développement, bien que tous les médicaments présentent des risques potentiels. Certains antidépresseurs, notamment les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine Celexa, Paxil, Zoloft et Prozac, ont été associés à des malformations cardiaques et crâniennes lorsqu’ils ont été pris au début de la grossesse. Des rapports plus anciens selon lesquels certains antidépresseurs tricycliques peuvent provoquer des déformations des membres n’ont pas été confirmés par des études plus larges et plus modernes.

Beaucoup de femmes qui ont accouché ne veulent pas retomber enceintes tout de suite. Cependant, si vous êtes traitée pour une dépression post-partum, vous pouvez choisir une méthode de contraception autre que la pilule contraceptive, qui peut aggraver les symptômes de la dépression. Discutez avec votre médecin pour décider de la méthode de contraception qui vous convient le mieux.

 

Psychothérapie et dépression du post-partum

La psychothérapie, ou thérapie par la parole, est couramment prescrite seule ou avec des antidépresseurs pour traiter la dépression du post-partum. Votre médecin peut vous orienter vers un professionnel de la santé mentale qualifié et spécialisé dans le traitement de la dépression du post-partum. 

Vous rencontrerez régulièrement un conseiller pour parler. Il vous posera des questions sur votre vie, et il est important que vous répondiez honnêtement. Vous ne serez pas jugé pour ce que vous raconterez, et tout ce dont vous parlerez restera entre vous deux.

Votre conseiller vous apprendra à regarder certaines choses différemment et à changer certaines habitudes pour vous aider à vous sentir mieux. Il existe deux types de thérapie courants pour les femmes souffrant de dépression post-partum :

  • Thérapie cognitivo-comportementale.Vous et votre conseiller travaillez ensemble pour identifier, puis changer, les pensées et les comportements qui nuisent à votre santé mentale.
  • Thérapie interpersonnelle. Votre thérapeute vous aide à mieux comprendre comment vous vous comportez dans vos relations et comment résoudre les problèmes éventuels.

Groupes de soutien pour la dépression post-partum

Les groupes de soutien peuvent être très utiles si vous souffrez de DPP. Ils peuvent fournir des informations utiles et des idées sur la façon de gérer le stress quotidien.

Vivre avec la dépression post-partum

Pendant votre rétablissement de la dépression post-partum, essayez de prendre du temps pour vous. Sortez de chez vous tous les jours, même si ce n’est que pour faire le tour du pâté de maisons. Faites appel à votre famille et à vos amis pour obtenir une aide émotionnelle et ménagère. N’essayez pas de tout faire vous-même. Envisagez de rejoindre un groupe de soutien aux nouvelles mères ou d’en créer un dans votre région.

Exercice et dépression du post-partum

 

L’exercice peut vous aider à vous remonter le moral. Une fois que vous avez récupéré physiquement de votre accouchement, essayez de faire un peu d’exercice tous les jours. Une étude a montré que l’exercice vigoureux après le rétablissement de l’accouchement est associé à un sentiment accru de bien-être. Votre médecin peut vous aider à planifier un programme d’exercices qui vous convient.

Traitements complémentaires et alternatifs de la dépression du post-partum

Vous ne voudrez peut-être pas prendre un médicament sur ordonnance, surtout si vous allaitez. Discutez avec votre médecin pour savoir si vous devez essayer l’une de ces thérapies, à la place ou en même temps que le traitement médical standard :

  • Le yoga.Dans une étude sur les nouvelles mamans déprimées, plus des trois quarts d’entre elles qui ont fait du yoga deux fois par semaine pendant 8 semaines ont vu leur état s’améliorer.
  • Le massage.Il peut avoir un effet positif sur la dépression post-partum. Bien que d’autres études soient nécessaires, les résultats suggèrent que le massage aide à améliorer les symptômes.
  • L’entraînement à la relaxation. Des techniques comme la respiration profonde, l’imagerie guidée et l’auto-hypnose peuvent vous apprendre à vous apaiser. Plus d’une douzaine d’études ont montré que l’entraînement à la relaxation peut vous aider à vous remettre de la dépression.
  • Méditation.Apprendre à méditer vous permet “d’exister dans le moment présent”. Vous vous concentrez sur votre respiration et laissez aller vos pensées. Cela pourrait vous aider à lutter contre votre dépression.

Les résultats des études sur les compléments alimentaires et à base de plantes comme le millepertuis sont mitigés. L’acupuncture et la luminothérapie ne se sont pas révélées efficaces contre la dépression post-partum.

;;;;;; ;

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire