Craintes et faits concernant les antidépresseurs

Avec la psychothérapie, les antidépresseurs sont un traitement courant de la dépression. Quatre personnes sur 10 traitées avec des antidépresseurs obtiennent une amélioration avec le premier qu’elles essaient. Si le premier antidépresseur n’est pas efficace, le deuxième ou le troisième le sera souvent. La plupart des gens finissent par trouver un médicament qui leur convient. Pourtant, de nombreuses personnes qui pourraient bénéficier d’un antidépresseur n’en essaient jamais un, souvent en raison de craintes à leur sujet, disent les experts.

Voici huit craintes courantes concernant les antidépresseurs, ainsi que des faits qui peuvent vous aider, vous et votre médecin, à décider si un antidépresseur vous convient.

Crainte : Les antidépresseurs vous font oublier vos problèmes plutôt que de les affronter.

Fait: Les antidépresseurs ne peuvent pas vous faire oublier vos problèmes, mais ils peuvent vous permettre de les affronter plus facilement. Être déprimé peut déformer votre perception de vos problèmes et vous priver de l’énergie nécessaire pour aborder les questions difficiles. De nombreux thérapeutes rapportent que lorsque leurs patients prennent des antidépresseurs, cela les aide à faire plus de progrès en psychothérapie.

Crainte : les antidépresseurs changent votre personnalité ou vous transforment en zombie.

Fait: Lorsqu’ils sont pris correctement, les antidépresseurs ne changent pas votre personnalité. Ils vous aideront à vous sentir à nouveau vous-même et à retrouver votre niveau de fonctionnement antérieur. (Si une personne qui n’est pas déprimée prend des antidépresseurs, ils n’améliorent pas l’humeur ou le fonctionnement de cette personne – ce n’est pas une “pilule du bonheur”). Dans de rares cas, les gens ressentent de l’apathie ou une perte d’émotions lorsqu’ils prennent certains antidépresseurs. Lorsque cela se produit, la diminution de la dose ou le passage à un autre antidépresseur peut aider.

Crainte : Prendre un antidépresseur me fera prendre du poids.

Fait: Comme tous les médicaments, les antidépresseurs ont des effets secondaires, et la prise de poids peut être un élément commun à beaucoup d’entre eux. Certains antidépresseurs peuvent être plus susceptibles que d’autres de provoquer une prise de poids ; d’autres peuvent en fait vous faire perdre un peu de poids. Si cela vous préoccupe, parlez-en à votre médecin.

Crainte : Si je commence à prendre des antidépresseurs, je devrai les prendre toute ma vie.

Fait: La plupart des personnes qui prennent des antidépresseurs pour un premier épisode de dépression doivent les prendre de façon continue pendant six à neuf mois, pas nécessairement toute leur vie. Une fois qu’un antidépresseur a permis de maîtriser la dépression, vous devez décider avec votre médecin du moment où vous devez arrêter votre traitement, puis diminuer progressivement votre dose. Leur arrêt soudain peut entraîner des problèmes tels que des maux de tête, des vertiges et des nausées.

Crainte : les antidépresseurs vont détruire ma vie sexuelle.

Fait: Certains antidépresseurs peuvent avoir un effet sur la sexualité. Le problème est généralement d’avoir un orgasme plutôt qu’un manque de désir. Mais comme la dépression elle-même diminue la libido, un médicament qui soulage la dépression peut améliorer votre vie sexuelle. Comme pour les autres effets secondaires, certains antidépresseurs peuvent être plus susceptibles que d’autres de provoquer des problèmes sexuels.

Crainte : les antidépresseurs sont chers et ne sont pas couverts par les assurances.

Fait: Les antidépresseurs sont généralement couverts par les régimes d’assurance avec une couverture des médicaments sur ordonnance. Le coût des antidépresseurs varie considérablement, selon le dosage, le médicament que vous prenez et s’il est disponible en tant que générique. Même sans couverture d’assurance, il est possible d’acheter un antidépresseur générique pour aussi peu que 4 $ par mois.

Crainte : Prendre un antidépresseur est un signe de faiblesse.

Fait: Comme les conditions médicales telles que le diabète ou l’hypercholestérolémie, la dépression majeure est une condition qui répond souvent aux médicaments. Lorsque la dépression interfère avec votre capacité à fonctionner normalement, rechercher un traitement n’est pas un signe de faiblesse. C’est un signe de bonne prise en charge personnelle.

Crainte : les antidépresseurs augmentent le risque de suicide.

Fait: Des études menées ces dernières années ont soulevé des inquiétudes quant au fait que les antidépresseurs pourraient augmenter le risque de pensées ou de comportements suicidaires (mais pas de décès) chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes. Par exemple, une revue publiée en 2009 dans le British Medical Journal (BMJ) a examiné 372 études portant sur près de 100 000 personnes qui prenaient des antidépresseurs. Elle a révélé que, par rapport au placebo, les antidépresseurs étaient associés à un risque légèrement plus élevé de pensées suicidaires chez certains enfants et jeunes adultes, qu’ils n’avaient aucun effet sur le risque de suicide chez les 25 à 64 ans et qu’ils réduisaient le risque chez les 65 ans et plus.

En 2004, la FDA a demandé aux fabricants d’antidépresseurs de réviser leurs étiquettes pour y inclure un avertissement sous forme d’encadré concernant ces risques.

D’autres études dressent un tableau différent. Une étude de 2006 publiée dans PLoS Medicine suggère que les antidépresseurs ont sauvé des milliers de vies. Les données montrent que le taux de suicide aux États-Unis est resté assez stable pendant 15 ans avant la mise en vente de l’antidépresseur populaire fluoxétine (Prozac), puis a baissé régulièrement pendant 14 ans alors que les ventes de Prozac augmentaient. L’effet le plus fort a été observé chez les femmes.

La ligne de fond : Quel que soit votre âge ou votre sexe, il est important de consulter immédiatement un médecin si vous avez des pensées suicidaires ou d’autres symptômes importants de  dépression clinique.

;;;;;; ;

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire