Dépression atypique

La dépression atypique est un sous-type de dépression majeure ou de trouble dysthymique qui implique plusieurs symptômes spécifiques, notamment un appétit accru ou une prise de poids, une somnolence ou un sommeil excessif, une fatigue ou une faiblesse marquées, des humeurs fortement réactives aux circonstances environnementales et un sentiment d’extrême sensibilité au rejet.

Qu’est-ce que la dépression atypique ?

La dépression atypique peut être un “spécificateur” de la dépression majeure ou du trouble dysthymique. Les personnes atteintes de dépression atypique ont souvent connu une première dépression à un âge précoce, pendant leur adolescence.

Une personne souffrant de dépression majeure classique présente au moins cinq des neuf symptômes suivants :

  • Maladie ou humeur dépressive la plupart du temps ou presque tous les jours
  • Perte de plaisir pour des choses qui étaient autrefois agréables
  • Changement majeur de poids (gain ou perte de plus de 5 % du poids en un mois) ou d’appétit
  • Insomnie ou sommeil excessif presque tous les jours
  • Un état de physique agitation ou d’abattement qui est perceptible par les autres
  • Fatigue ou perte d’énergie presque tous les jours
  • Sentiments de désespoir ou d’inutilité ou culpabilité excessive presque tous les jours
  • Problèmes de concentration ou de prise de décision presque tous les jours
  • Pensées récurrentes de mort ou de suicide, plan de suicide ou tentative de suicide

Le trouble dysthymique, désormais connu dans la communauté psychiatrique sous le nom de “trouble dépressif persistant” ou de dépression majeure chronique, est un état impliquant la présence d’une humeur dépressive plus souvent qu’à son tour pendant une période d’au moins deux ans chez les adultes (un an chez les enfants et les adolescents) plus au moins deux des symptômes associés ci-dessus, mais moins que les cinq symptômes qui définissent un épisode dépressif majeur.

Malgré son nom, la dépression atypique est très fréquente. Elle s’oppose à la dépression “mélancolique”, un autre sous-type de dépression, impliquant des symptômes d’insomnie (plutôt que de sommeil excessif), une perte d’appétit (plutôt qu’une augmentation de l’appétit), un manque relatif de réactivité de l’humeur aux circonstances environnementales et une capacité nettement diminuée à ressentir du plaisir.

 

Quels sont les symptômes de la dépression atypique?

L’une des principales caractéristiques de la dépression atypique qui la distingue de la dépression mélancolique est la réactivité de l’humeur. En d’autres termes, la personne atteinte de dépression atypique verra son humeur s’améliorer si quelque chose de positif se produit. Dans la dépression mélancolique, les changements positifs entraînent rarement un changement d’humeur. En outre, les critères de diagnostic demandent qu’au moins deux des symptômes suivants accompagnent la réactivité de l’humeur :

  • Dormir trop (hypersomnie)
  • Accroissement de l’appétit ou prise de poids
  • Avoir une réaction plus intense ou une sensibilité accrue au rejet, ce qui entraîne des problèmes dans les relations sociales et professionnelles
  • Avoir la sensation d’être alourdi, paralysé ou “plombé”

Un médecin recherchera les causes physiques de chacun de ces symptômes. Cela comprendra un examen physique et des tests pour rechercher un problème tel que l’hypothyroïdie. Dans le cas de l’hypothyroïdie, le fait d’avoir de faibles niveaux d’hormones thyroïdiennes peut entraîner des symptômes tels que la dépression et la prise de poids.

Qu’est-ce qui cause la dépression atypique ?

On pense que la dépression est le résultat d’une altération du fonctionnement des circuits cérébraux qui régulent l’humeur et qui permettent à une région du cerveau de communiquer avec une autre. Les cellules nerveuses contenues dans ces circuits transmettent des signaux par le biais de substances chimiques du cerveau appelées neurotransmetteurs — comme la dopamine, la sérotonine et la norépinéphrine. Les médicaments antidépresseurs sont censés “tordre” ces substances chimiques et améliorer ainsi l’efficacité des circuits cérébraux liés à l’humeur.

Bien que la cause exacte de la dépression soit inconnue, il existe des facteurs de risque de dépression, notamment :

  • Des antécédents familiaux de dépression
  • Une perte importante — de décès, de divorce ou de séparation — qui peut déclencher une vulnérabilité sous-jacente à la dépression (plutôt qu’un simple deuil normal)
  • Des conflits interpersonnels et des émotions connexes telles que la culpabilité
  • Tout type d’abus — physique, sexuel, ou émotionnel
  • Tout type d’événement majeur de la vie, comme un déménagement, un changement ou une perte d’emploi, l’obtention d’un diplôme, la retraite ou l’isolement social chez les personnes qui ont une vulnérabilité biologique à la dépression
  • Tout type de maladie grave, comme le cancer, les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux ou le VIH
  • L’abus de drogues ou d’alcool

&nbsp ;

 

Comment traite-t-on la dépression atypique ?

Les médecins sont susceptibles de recommander une psychothérapie (thérapie par la parole) et/ou des médicaments pour la dépression atypique, en fonction de la gravité des symptômes. Il existe différents types de psychothérapie et de médicaments disponibles pour le traitement. Il se peut que l’on vous oriente vers un spécialiste tel qu’un psychiatre, un psychologue ou un autre professionnel de la santé mentale agréé pour vous soigner.

;;;;;; ;

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire