La double dépression

Vous serez peut-être surpris d’apprendre qu’entre 3 % et 6 % de la population est exposée à une forme de dépression chronique (de longue date) que les chercheurs appellent “double dépression”. Comme toutes les formes de dépression, la double dépression peut entraîner des problèmes de fonctionnement quotidien et de qualité de vie et comporte un risque accru de pensées ou de comportements suicidaires. Un traitement peut aider, mais de nombreuses personnes retardent ou évitent d’obtenir l’aide qui pourrait leur sauver la vie.

Qu’est-ce que la double dépression ?

La double dépression est une complication d’une maladie psychiatrique appelée trouble dysthymique, ou dysthymie. La dysthymie est une humeur dépressive chronique accompagnée d’un ou deux autres symptômes de dépression clinique (comme une baisse d’énergie ou une faible estime de soi) qui dure au moins deux ans chez les adultes (ou un an chez les enfants). Cette humeur basse et sombre — parfois décrite comme un “voile de tristesse” — se manifeste presque tous les jours et peut parfois persister pendant de nombreuses années. Certaines personnes peuvent souffrir de ce trouble de l’humeur pendant 10 à 20 ans, voire plus, avant de chercher à se faire soigner.

Au fil du temps, plus de la moitié des personnes atteintes de dysthymie voient leurs symptômes s’aggraver, ce qui conduit à l’apparition d’un syndrome complet de dépression majeure superposé à leur trouble dysthymique, entraînant ce que l’on appelle une double dépression.

En quoi la double dépression est-elle différente de la dépression majeure sans dysthymie ?

La principale différence entre une double dépression et une dépression majeure est que la dépression chronique de bas grade précède un syndrome dépressif complet dans la double dépression mais pas dans la dépression majeure seule. Cela signifie que pour les personnes souffrant de dépression majeure non chronique seule, leur humeur habituelle “de base” est normale. Mais les personnes atteintes de double dépression peuvent n’avoir jamais su ce qu’est une humeur normale, non dépressive.

Chez environ 1 personne sur 5 qui connaît un épisode de dépression majeure, le syndrome peut devenir chronique et persister pendant deux ans ou plus. Les systèmes de diagnostic modernes classent désormais ensemble le trouble dysthymique et la dépression majeure chronique (appelée “dépression chronique”) car ils ont tendance à être plus similaires que différents. Pour la plupart des personnes atteintes de dépression majeure, cependant, un épisode complet dure généralement de quelques semaines à quelques mois. Il y a une baisse marquée de l’humeur accompagnée de symptômes graves qui peuvent inclure :

  • Le désespoir
  • L’insomnie ou le fait de trop dormir
  • Les pensées de suicide ou de mort
  • Une faible estime de soi
  • La dépression. estime de soi
  • Perte d’appétit ou suralimentation
  • Mauvaise concentration
  • Perte d’intérêt pour les choses que la personne aimait auparavant
  • Peu d’énergie ou agitation
  • Pensées de dévalorisation ou de culpabilité

Mais lorsqu’un épisode dépressif majeur est traité efficacement, &nbsp ; l’humeur devrait revenir à la normale à mesure que les autres symptômes disparaissent. Il y a aussi souvent une prise de conscience pendant le traitement que la dépression n’est pas l’état normal et que les choses peuvent s’améliorer.

Certains des symptômes de la dépression majeure sont également présents chez les personnes atteintes de dysthymie, mais ils sont moins nombreux, moins graves et pas aussi débilitants. Ils n’interfèrent généralement pas avec le fonctionnement quotidien d’une personne comme ils peuvent le faire dans le cas d’une dépression majeure. Par conséquent, les personnes atteintes de dysthymie ont tendance à considérer leurs symptômes comme normaux pour elles. Certaines peuvent considérer la mauvaise humeur comme une partie de leur personnalité ou comme faisant simplement partie de la vie et échappant à leur contrôle.

Lorsqu’une dépression majeure survient en plus d’une humeur dépressive chronique, certaines personnes atteintes de dysthymie l’acceptent comme inévitable. Cela les pousse à retarder la recherche d’un traitement et les rend plus résistantes au traitement normal lorsqu’il commence. De plus, à moins que la dysthymie ne soit traitée en même temps que la dépression majeure, elles ne sont pas vraiment guéries lorsque la dépression majeure est soulagée. Elles redeviennent chroniquement déprimées avec le risque associé d’un nouvel épisode de double dépression.

Y a-t-il d’autres caractéristiques de la double dépression qui la rendent difficile à traiter ?

Une étude récente a montré que les personnes souffrant de double dépression ont un sentiment de désespoir beaucoup plus grand que les personnes souffrant de dysthymie ou de dépression majeure seule.

La réponse au stress constant provoque également des changements dans le corps qui augmentent le risque de maladies cardiaques, de diabète et d’autres conditions médicales. Les changements dans le cerveau et les changements dans le corps compliquent le traitement de la dépression majeure lorsque la double dépression se produit.

Un autre problème causé par l’humeur dépressive sous-jacente et à long terme est que les personnes atteintes de dysthymie ont tendance à être plus susceptibles d’abuser du tabac, de l’alcool ou des drogues de rue ou de maintenir un régime alimentaire malsain. Les problèmes de santé qui en résultent compliquent encore plus le traitement, et les choix de vie malsains empêchent une personne atteinte de double dépression de chercher un traitement.

Peut-on prévenir la double dépression ?

La meilleure façon de prévenir la double dépression est de traiter la dysthymie. Les antidépresseurs peuvent être utiles, mais ils peuvent mettre plus de temps à agir et être moins efficaces pour la dysthymie que pour la dépression majeure aiguë.

La thérapie cognitive peut également être efficace pour traiter la dysthymie. Mais souvent, une combinaison de médicaments antidépresseurs et de thérapie cognitive est nécessaire. Les experts recommandent de commencer par une approche, soit la thérapie cognitive, soit un antidépresseur, pendant quelques mois et d’observer son effet, puis de passer à l’autre ou de l’ajouter si les résultats ne sont pas suffisants.

L’exercice physique peut aider à améliorer l’humeur, et certaines études ont montré que l’association de l’exercice et des antidépresseurs peut avoir un effet additif. Il peut également contribuer à améliorer les habitudes de sommeil, car le manque chronique de sommeil peut aggraver les symptômes de la dépression.

Comment traiter la double dépression ?

Les personnes atteintes de dysthymie ont souvent l’impression de n’avoir que peu ou pas de contrôle sur leur propre vie. Le sentiment est que quelque chose d’autre — le destin ou d’autres personnes — est responsable du cours de leur vie. Ce n’est pas un sentiment typique des personnes atteintes de dépression majeure sans dysthymie sous-jacente.

Le fait que les personnes atteintes de dysthymie aient le sentiment d’avoir peu ou pas de contrôle suggère que la thérapie cognitive associée aux antidépresseurs pourrait être un traitement efficace de la double dépression. L’objectif de la thérapie cognitive est de modifier les schémas de pensée négatifs et de donner aux individus de nouvelles façons de se voir et de faire face à eux-mêmes et à leur environnement. Adopter une telle approche permet de traiter à la fois la dépression majeure et la dysthymie de la double dépression.

;;;;;; ;

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire