Le trouble bipolaire

Le trouble bipolaire était autrefois appelé maniaco-dépression. Il s’agit d’une forme de trouble affectif majeur, ou trouble de l’humeur, défini par des épisodes maniaques ou hypomaniaques (changements par rapport à l’humeur normale accompagnés d’états d’énergie élevée). Le trouble bipolaire est une affection grave. La manie se traduit souvent par des insomnies, parfois pendant plusieurs jours, accompagnées d’hallucinations, de psychoses, de délires grandioses ou de rage paranoïaque. En outre, les épisodes dépressifs peuvent être plus dévastateurs et plus difficiles à traiter que chez les personnes qui ne présentent jamais de manies ou d’hypomanies.

Qu’est-ce que le trouble bipolaire ?

Le trouble bipolaire est un trouble complexe qui découle probablement d’une combinaison de facteurs génétiques et non génétiques. Les épisodes d’humeur qui lui sont associés impliquent une dépression clinique ou une manie (exaltation extrême et énergie élevée) avec des périodes d’humeur et d’énergie normales entre les épisodes. La gravité des épisodes d’humeur peut aller de très légère à extrême, et ils peuvent survenir graduellement ou soudainement sur une période de quelques jours à quelques semaines. Lorsque des épisodes d’humeur discrets se produisent quatre fois ou plus par an, le processus est appelé cycle rapide. Le cycle rapide ne doit pas être confondu avec les changements d’humeur très fréquents d’un moment à l’autre, qui peuvent parfois se produire chez les personnes atteintes de trouble bipolaire ou d’autres conditions telles que le trouble de la personnalité limite.

A côté des épisodes maniaques ou dépressifs, les patients atteints de trouble bipolaire peuvent avoir des troubles de la pensée. Ils peuvent également présenter des distorsions de la perception et une altération du fonctionnement social.

Quelles sont les causes du trouble bipolaire ?

Comme pour les autres troubles de l’humeur, les causes du trouble bipolaire ne sont pas connues. Ce que l’on sait, c’est que le trouble bipolaire implique un dérèglement du fonctionnement du cerveau et qu’il a parfois une composante génétique (il peut être héréditaire).

À quel âge le trouble bipolaire est-il généralement diagnostiqué ?

Le trouble bipolaire apparaît généralement entre 15 et 24 ans et persiste toute la vie. Il est rare qu’une manie nouvellement diagnostiquée soit observée chez de jeunes enfants ou chez des adultes de plus de 65 ans.

La gravité des symptômes varie selon les individus qui souffrent de trouble bipolaire. Alors que certaines personnes n’ont que quelques symptômes, d’autres en ont beaucoup qui altèrent leur capacité à travailler et à mener une vie normale.

Marqué par des rechutes et des rémissions, le trouble bipolaire a un taux élevé de récidive s’il n’est pas traité. Les patients atteints de manie sévère doivent généralement être hospitalisés pour les empêcher d’adopter des comportements à risque. Ceux qui sont gravement déprimés peuvent également avoir besoin d’une hospitalisation pour les empêcher de passer à l’acte en raison de pensées suicidaires ou de symptômes psychotiques (délires, hallucinations, pensée désorganisée).

Environ 90 % des personnes atteintes de trouble bipolaire I, qui est la forme la plus grave, ont au moins une hospitalisation en psychiatrie. Deux sur trois auront deux hospitalisations ou plus au cours de leur vie.

Quels sont les symptômes de dépression du trouble bipolaire ?

Les symptômes de dépression clinique observés dans le cadre du trouble bipolaire sont les mêmes que ceux observés dans le cadre du trouble dépressif majeur et comprennent :

  • Diminution de l’appétit et/ou perte de poids, ou suralimentation et prise de poids
  • Difficulté à se concentrer, à se souvenir et à prendre des décisions
  • Fatigue, baisse d’énergie, être “ralenti”
  • Sentiments de culpabilité, d’inutilité, d’impuissance
  • Sentiments de désespoir, pessimisme
  • Insomnie, réveil matinal, ou sommeil excessif
  • Perte d’intérêt ou de plaisir pour les passe-temps et les activités qu’on appréciait auparavant, y compris le sexe
  • Symptômes physiques persistants qui ne répondent pas au traitement, comme les maux de tête, les troubles digestifs, et les douleurs chroniques
  • Humeur constamment triste, anxieuse ou “vide”
  • Incitation, irritabilité
  • Pensées de mort ou de suicide, tentatives de suicide

Quels sont les signes de manie dans le trouble bipolaire ?

Les signes de la manie dans le trouble bipolaire comprennent :

  • Des pensées déconnectées et très rapides (courses)
  • Des croyances grandioses
  • Une exaltation ou une euphorie inappropriée
  • Une irritabilité inappropriée
  • Un comportement social inapproprié
  • Une augmentation du désir sexuel
  • Augmentation de la vitesse ou du volume de la parole
  • Augmentation marquée de l’énergie
  • Mauvais jugement et prise de risque
  • Une diminution du besoin de sommeil en raison d’une énergie élevée

Qu’est-ce que le trouble bipolaire II ?

Alors que la manie est la principale caractéristique du trouble bipolaire I, le trouble bipolaire II présente des périodes d’exaltation plus légères appelées hypomanie. Elle présente également des épisodes de dépression majeure. Selon le DSM-5, le manuel de diagnostic publié par l’American Psychiatric Association, la différence entre la manie et l’hypomanie est “le degré de sévérité” ainsi qu’une absence de psychose (délires ou hallucinations) dans l’hypomanie et l’absence d’impact négatif des symptômes “élevés” dans le travail et le fonctionnement social.

Quels sont les signes d’hypomanie dans le trouble bipolaire II ?

Les signes d’hypomanie dans le trouble bipolaire II comprennent :

  • Diminution du besoin de sommeil
  • Focalisation extrême sur des projets au travail ou à la maison
  • Humeur exubérante et exaltée
  • Confiance accrue
  • Créativité et productivité accrues
  • Énergie et libido accrues
  • Comportements imprudents
  • Comportements risqués de recherche de plaisir

Comment le trouble bipolaire est-il diagnostiqué ?

Comme pour la plupart des troubles de l’humeur, il n’existe pas de test de laboratoire ou de méthode d’imagerie cérébrale pour diagnostiquer le trouble bipolaire. Après avoir effectué un examen physique, votre médecin évaluera vos signes et symptômes. Il vous interrogera également sur vos antécédents médicaux personnels et familiaux. Des tests de laboratoire peuvent être effectués pour exclure d’autres maladies médicales qui peuvent affecter l’humeur.

En outre, votre médecin peut vouloir parler avec des membres de votre famille pour voir s’ils peuvent identifier des moments où vous étiez exalté et sur-énergique. Comme l’exaltation peut sembler bonne ou même normale par rapport à la dépression, il est souvent difficile pour une personne atteinte de trouble bipolaire de savoir si l’humeur était trop élevée. La manie affecte souvent la pensée, le jugement et le comportement social d’une manière qui cause de sérieux problèmes et de l’embarras. Par exemple, des décisions commerciales ou financières imprudentes peuvent être prises lorsqu’une personne est en phase maniaque. Un diagnostic précoce et un traitement efficace sont donc très importants dans le cas du trouble bipolaire.

 

Comment traite-t-on le trouble bipolaire ?

Le traitement du trouble bipolaire peut comprendre l’utilisation de stabilisateurs de l’humeur comme le lithium. Certains anticonvulsivants, antipsychotiques et benzodiazépines peuvent également être utilisés pour stabiliser l’humeur. Parfois, des antidépresseurs sont administrés en association avec des stabilisateurs de l’humeur pour renforcer l’humeur dépressive, bien que les antidépresseurs ne soient souvent pas aussi efficaces que certains stabilisateurs de l’humeur ou certains antipsychotiques atypiques pour traiter la dépression dans le trouble bipolaire.

;;;;;; ;

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire