Santé mentale : Dépression

Certains problèmes physiques peuvent provoquer une dépression. Mais d’autres fois, les symptômes de la dépression font partie d’un problème psychiatrique plus complexe. Il existe plusieurs types ou sous-types de dépression, notamment :

  • Trouble dépressif majeur
  • Dysthymie et dépression chronique (désormais appelée trouble dépressif persistant)
  • Trouble affectif saisonnier
  • Dépression psychotique
  • Dépression bipolaire

Dépression majeure

Un individu atteint de dépression majeure, ou trouble dépressif majeur, ressent un sentiment profond et constant de désespoir et d’impuissance.

La dépression majeure est marquée par une combinaison de symptômes qui interfèrent avec la capacité de la personne à travailler, étudier, dormir, manger et profiter d’activités agréables une fois. La dépression majeure peut ne survenir qu’une seule fois, mais elle survient plus souvent plusieurs fois dans une vie.

Quels sont les symptômes de la dépression majeure ?

Les symptômes de la dépression comprennent :

  • La tristesse
  • L’irritabilité
  • La perte d’intérêt pour les activités autrefois appréciées
  • Le retrait des activités sociales
  • L’incapacité à se concentrer
  • La perturbation du sommeil
  • La fatigue ou la perte de d’énergie
  • Modifications de l’appétit
  • Pensées de suicide

Dépression psychotique

En gros, 25 % des personnes admises à l’hôpital pour dépression souffrent de ce qu’on appelle une dépression psychotique. En plus des symptômes de la dépression, les personnes atteintes de dépression psychotique peuvent présenter :

  • Des hallucinations — voir ou entendre des choses qui ne sont pas vraiment là.
  • Des illusions — des pensées et des peurs irrationnelles.

En quoi la dépression psychotique est-elle différente des autres troubles mentaux ?

Alors que les personnes atteintes d’autres troubles mentaux, comme la schizophrénie, présentent également des symptômes psychotiques (délires et hallucinations), les personnes atteintes de dépression psychotique présentent généralement des symptômes qui reflètent des niveaux irrationnels de désespoir et de négativisme, tels que des sentiments profonds de désespoir, d’être puni ou d’avoir commis un péché. Les personnes peuvent également avoir honte ou être gênées et essayer de cacher leurs symptômes psychotiques ou de minimiser leur intensité, ce qui peut rendre le diagnostic de cette affection difficile. Dans la dépression psychotique, les délires et les hallucinations ne sont pas non plus présents, sauf si un syndrome dépressif est également présent.

Quels sont les symptômes de la dépression psychotique ?

  • Anxiété — peur et nervosité
  • Agitation
  • Paranoïa
  • Insomnie — difficulté à s’endormir et à rester endormi
  • Immobilité physique
  • Déficience intellectuelle
  • Hallucinations (fausses perceptions)
  • Délires (fixes, fausses croyances)

Dysthymie

La dysthymie, parfois appelée trouble dépressif persistant, est une forme moins grave de dépression, mais les symptômes de la dépression persistent pendant une longue période, généralement des années. Les personnes qui souffrent de dysthymie sont généralement capables de fonctionner normalement, mais semblent constamment malheureuses.

Il est fréquent qu’une personne atteinte de dysthymie développe également des périodes superposées de dépression majeure, qui s’atténuent ensuite sans disparaître complètement. C’est ce qu’on appelle la ” double dépression “.

Quels sont les symptômes de la dysthymie ?

Les symptômes de la dysthymie comprennent :

  • Difficulté à dormir
  • Perte d’intérêt pour les activités ou la capacité à s’amuser
  • Sentiments excessifs de culpabilité ou d’inutilité
  • Perte d’énergie ou fatigue
  • Difficulté à se concentrer, de penser ou de prendre des décisions
  • Changements d’appétit
  • Pensées de mort ou de suicide

La dysthymie diffère de la dépression majeure en ce que la dysthymie comporte moins de symptômes ci-dessus que la dépression majeure. Pour qu’un diagnostic de dysthymie soit posé, les symptômes doivent persister pendant au moins deux ans chez les adultes ou un an chez les enfants ou les adolescents.

Trouble dépressif avec schéma saisonnier (anciennement appelé trouble affectif saisonnier)

Le trouble dépressif avec schéma saisonnier, anciennement appelé trouble affectif saisonnier (TAS), est un sous-type de trouble dépressif majeur qui se reproduit chaque année à la même période, commençant généralement à l’automne ou en hiver et se terminant au printemps ou au début de l’été. Il ne s’agit pas seulement du “blues de l’hiver” ou de la “fièvre des cabanes”. Une forme rare de trouble dépressif à tendance saisonnière, appelée “dépression estivale”, commence à la fin du printemps ou au début de l’été et se termine à l’automne.

Quels sont les symptômes du trouble dépressif à tendance saisonnière ?

Les personnes qui souffrent d’un trouble dépressif à tendance saisonnière présentent les symptômes d’un épisode dépressif majeur. Ceux-ci peuvent inclure la tristesse, l’irritabilité, la perte d’intérêt pour leurs activités habituelles, le retrait des activités sociales et l’incapacité à se concentrer. Mais certains symptômes d’un schéma hivernal peuvent être plus susceptibles de se produire que ceux d’un schéma estival.

Les symptômes de la dépression à tendance hivernale peuvent inclure l’apparition saisonnière de :

  • Fatigue
  • Augmentation du besoin de sommeil
  • Diminution du niveau d’énergie
  • Gain de poids
  • Augmentation de l’appétit
  • Difficulté de concentration
  • Augmentation du désir d’être seul

Les symptômes de la dépression à tendance estivale peuvent inclure la survenue saisonnière de :

  • Perte de poids
  • Difficile de dormir
  • Diminution de l’appétit

Qu’est-ce qui cause la dépression ?

Il n’y a pas qu’une seule cause à la dépression. C’est une maladie complexe qui peut survenir à la suite d’une multitude de facteurs différents, notamment la biologie et les facteurs émotionnels et environnementaux. Pour les personnes biologiquement vulnérables à la dépression, celle-ci peut parfois débuter à la suite d’un événement important de la vie, comme la perte d’un être cher ou un changement dans sa vie, ou après le diagnostic d’une maladie grave. Pour d’autres, la dépression peut simplement survenir sans “raison” apparente. En fait, il n’est pas nécessaire qu’il y ait une “raison” apparente pour que les symptômes de la dépression apparaissent chez les personnes vulnérables à la maladie.

Comment la dépression est-elle diagnostiquée ?

Le diagnostic de la dépression commence souvent par une anamnèse médicale et psychiatrique et éventuellement aussi un examen physique par un prestataire de soins de santé. Le dépistage et le traitement peuvent être gérés par un médecin de soins primaires ou un professionnel de la santé mentale. Bien qu’il n’existe pas de tests de laboratoire permettant de diagnostiquer spécifiquement la dépression, le prestataire de soins de santé peut utiliser divers tests pour rechercher d’autres conditions médicales à l’origine des symptômes. Si une autre condition médicale est écartée, votre fournisseur de soins de santé peut commencer un traitement avec un médicament contre la dépression, ou vous adresser à un psychiatre ou à un psychologue pour une évaluation.

Le diagnostic est basé sur l’intensité et la durée des symptômes — y compris tout problème de fonctionnement causé par les symptômes.

Comment traite-t-on la dépression ?

Le traitement le plus courant de la dépression comprend l’association de médicaments antidépresseurs, notamment les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline (IRSN) et les antidépresseurs tricycliques, et une psychothérapie (thérapie par la parole). Parfois, une association de médicaments est utilisée pour traiter la dépression.

Parfois, certains antipsychotiques atypiques ou d’autres médicaments (comme le lithium ou d’autres stabilisateurs de l’humeur) peuvent être utilisés en association avec des antidépresseurs, lorsque les antidépresseurs seuls ne sont pas totalement efficaces pour traiter la dépression.

La thérapie électroconvulsive, également appelée ECT, une pulvérisation intranasale de kétamine ou la thérapie par stimulation magnétique transcrânienne (TMS), peuvent toutes être utilisées lorsque la dépression très grave est invalidante et ne répond pas aux autres formes de thérapie.

 

Quelles sont les perspectives pour les personnes souffrant de dépression ?

Les perspectives pour les personnes déprimées qui cherchent un traitement sont très prometteuses. En travaillant avec un professionnel de la santé mentale qualifié et expérimenté, vous pouvez reprendre le contrôle de votre vie.

;;;;;; ;

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire